Communiqué du collectif Fraternité Migrants Bassin Minier 62.

Communiqué du collectif Fraternité Migrants Bassin Minier 62.

Ce mardi 22 novembre à 6 heures du matin, 9 migrants vietnamiens ont été interpelés par la Police de l’air et des frontières, sur le terrain privé que leur avait mis à disposition la municipalité de Angres. Dans cette opération, la police était accompagnée des caméras du 20 heures de TF1.

Au même moment, une bénévole du Collectif, mère de famille, a été interpelée à son domicile, devant ses enfants, sa maison a été fouillée, ses ordinateurs ont été perquisitionnés, puis elle a été placée en garde à vue pendant 33 heures. Motif : son aide apportée aux migrants. Or, cette aide était de nature humanitaire et fraternelle.

Ces migrants vietnamiens veulent rejoindre l’Angleterre ; notre seule volonté, qui s’appuie sur les valeurs de la République, est que leurs conditions de vie soient conformes à la dignité humaine.

C’est en ce sens uniquement que le Collectif Fraternité Migrants Bassin Minier 62 intervient en aide à ces migrants depuis 2009. Il est composé d’une cinquantaine de personnes originaires des communes de Angres et du bassin minier lensois.

Le camp de Angres existe depuis un an grâce à la municipalité de Angres et le collectif Fraternité Migrants Bassin Minier 62. Nous leur avons apporté des couvertures, des matelas, des chauffages, du matériel de cuisine, des médicaments. Avant cela, ils vivaient dans les bois.

Par ce communiqué, le collectif Fraternité Migrants tient à faire part de son indignation de voir que ce type d’actions solidaires l’expose à la suspicion et à la surveillance policières, et exprime sa colère face à l’arrestation de l’une de ses membres.

Le collectif ne peut se résoudre à ce que la solidarité puisse être considérée comme un délit, et demande instamment, comme tant d’autres, l’abrogation de l’article L. 622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, qui stipule que « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 Euros. »

Plus largement, le collectif Fraternités Migrants souhaite signifier que son implication est d’autant plus forte que les gouvernements successifs n’ont pas su apporter de solutions concrètes au problème de la migration vers l’Angleterre : depuis 2002 et la fermeture du centre de Sangatte, la situation n’a fait que se dégrader. Les coups d’éclats policiers et la mise en scène médiatique ne sauraient constituer une réponse politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s