Angres : Solidaire de migrants, une infirmière arrêtée

Libération – 25/11/2011

Solidaire de migrants, une infirmière arrêtée

Par HAYDÉE SABERAN

Une infirmière d’Angres (Pas-de-Calais), vient de passer trente-trois heures en garde à vue à la police aux frontières (PAF) de Lille dans le cadre de l’exécution d’une commission rogatoire d’un juge parisien pour «trafic de migrants vietnamiens en bande organisée et association de malfaiteurs». Cette bénévole, qui a souhaité garder l’anonymat, soignait les migrants vietnamiens sans papiers qui tentent de passer en Angleterre depuis l’aire d’autoroute d’Angres.

Les policiers ont sonné chez elle à 6 heures du matin mardi. «Sa fille de 12 ans a été réveillée dans son lit par une lampe torche braquée sur son visage, avec un policier derrière. C’est démesuré», s’indigne Maryse Roger-Coupin, maire PCF d’Angres. Pendant l’interrogatoire, on lui a reproché d’avoir logé un clandestin vietnamien. «Il était malade, il n’y avait pas de place à l’hôpital», répond un membre du collectif Fraternité Migrants qui agit à Angres depuis janvier 2009. Et, à part ça, que lui reproche-t-on ? «D’avoir aidé des personnes vulnérables, les avoir soignées», croit savoir la maire. En théorie, l’aide au séjour irrégulier, c’est cinq ans de prison si on agit seul, et dix, «en bande organisée». Reproche-t-on vraiment quelque chose à la bénévole la plus active du camp d’Angres ? La PAF reste muette.

L’histoire, elle, fait penser à celle de Monique Pouille, une paroissienne de Norrent-Fontes (Pas-de-Calais) qui avait passé dix heures en garde à vue pour avoir rechargé des téléphones portables du camp de migrants érythréens sur l’aire d’autoroute voisine. Monique Pouille n’avait pas été inquiétée, et continue d’aider les Erythréens (Libélille.fr du 26 février 2009). Son point commun avec l’infirmière : être là tous les jours et tout voir. En garde à vue, on lui avait demandé de «coopérer». On lui a montré des photos, demandé des noms, des dates. Il est fort possible que l’infirmière ait subi le même sort. Les neuf migrants du campement ont été arrêtés mardi. Sept d’entre eux ont été relâchés. «On n’est pas naïfs, on sait bien qu’il y a des filières», dit Benoit Decq, membre du collectif et adjoint au maire (PS) à Bully-les-Mines. Mais ceux qui gagnent des millions, ceux qui exploitent la misère humaine, ils ne sont pas ici, les pieds dans la boue.»

Source

Publicités

Un commentaire sur “Angres : Solidaire de migrants, une infirmière arrêtée

  1. Je suis scandalisee , dégoutee d etre francaise , cet article me tire les larmes des yeux Dans notre pays , on préfère laisser mourir des etres humains qui ne demandent pas grand chose
    J habite à 20 kms de Calais et je la voie la misére de ces Hommes Dormir dans des squatts ou dans la rue se faire pourchasser par la police comment ceux qui nous gouvernent peuvent ils dormir tranquille
    tous les jours je regarde mon journal et quand je lis tous ces scandales politiques , détournement d argent etc la police ferait mieux de mettre un peu d ordre dans tout cela plutot que de poursuivre cette infirmiere au grand coeur BRAVO MADAME POUR VOTRE COURAGE JE VOUS TIRE MON CHAPEAU.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s