Logement insalubre : la France mène une politique… à coucher dehors!


Le Point.fr – Publié le 16/12/2010

Logement insalubre : la France mène une politique… à coucher dehors!

Alors que l’hiver s’annonce particulièrement froid, la question de l’accueil des sans abri est à nouveau posée par le rapport rendu mercredi sur la mise en oeuvre du DALO, le droit au logement opposable. Le problème c’est qu’il n’y a pas assez de places dans les centres d’accueil et de plus en plus de demandeurs d’asile en France. L’an dernier, c’était 48.000 demandes d’asile pour 20.000 places.

Mais l’Etat a l’obligation de loger les étrangers qui viennent en France pour fuir des persécutions. Ce n’est pas une obligation morale : c’est une directive européenne qui l’impose, donc un texte qui a la force d’une loi.

Mais une loi que l’Etat s’interdit de plus en plus d’appliquer en réduisant les crédits de la politique d’accueil. Comme il s’agit d’étrangers, il n’y a que quelques associations pour s’en plaindre. On fait semblant de ne pas le savoir.

Le rapport sur le droit au logement opposable prouve que les Français aussi sont victimes des pénuries de logement. Selon le document, la situation s’améliore – c’est-à-dire qu’on arrive à reloger de plus en plus de familles en difficulté.

Mais il dit aussi que 1 département sur 4 ne respecte pas ses obligations. Alors bien sûr, vouloir accorder par un texte un droit au logement, c’est au mieux de la théorie pure, au pire de la démagogie ; puisqu’on sait bien qu’il manque à peu près 1,5 million de logements en France. Mais là encore, il existe une loi SRU qui oblige les villes de plus de 3500 habitants à se doter de 20% de logements sociaux. Eh bien, moins de la moitié des maires la respectent (toutes couleurs politiques confondues), et ce n’est pas toujours faute de moyens !

Est-ce qu’il y a des solutions applicables ? Taxer davantage les villes qui ne sont pas aux normes. Et taxer les logements vacants, ce qui laisse le choix aux propriétaires de louer ou nom leurs appartements. Il semble en tout cas que le gouvernement ne devrait pas chercher à simplifier les procédures d’expulsion (comme il le fait) sans prévoir des mesures incitatives pour augmenter le nombre de logements disponibles – ce qui pourrait faire baisser les loyers.

Peut-être qu’on pourrait aussi lancer un grand débat sur le sujet avec les élus locaux et les constructeurs de logements – ça serait au moins aussi utile qu’une réflexion sur l’identité nationale. Ces jours-ci, on entend beaucoup de voix déplorer qu’on puisse prier dans les rues. Mais il y en a beaucoup moins pour s’indigner qu’on puisse dormir dans les rues.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s