Contre le projet de loi Besson, le cercle veut rompre le silence

La Voix du Nord – mardi 29.06.2010

Contre le projet de loi Besson, le cercle veut rompre le silence

La Grand-Place de Béthune accueille ce soir un nouveau cercle de silence. Relayé par Terre d’errance, ce rendez-vous mensuel, proposé dans 140 villes de France, prend la forme d’une protestation silencieuse contre le sort des migrants. Norbert Crampon, l’un des instigateurs du mouvement dans le Béthunois, compte cette fois s’exprimer, inquiet par le projet de loi Besson.

PAR CHARLES-OLIVIER BOURGEOT

bethune@info-artois.fr

Pendant une heure, le dernier mardi de chaque mois, le centre de Béthune est silencieux. Cent quarante villes de France adoptent le même rituel. Une protestation silencieuse contre le sort des migrants. « L’expression d’un cri », souligne le collectif Terre d’errance. Dans la cité de Buridan, l’association a choisi le pied du beffroi pour relayer ce mutisme indigné.

La création du cercle date de décembre 2008. « Depuis, ils ont toujours existé, avec des hauts et des bas en terme de fréquentation », consent le Béthunois Norbert Crampon, membre du collectif. Lui se souvient avoir commencé à 80, reconnaît n’être parfois que 15 à 20 et acquiesce volontiers ne pas pouvoir y être à tous les coups.
« Faire connaîtrele projet de loi »

Reste qu’en ce mois de juin, il se dit très inquiet. Il l’est toujours, mais là un peu plus qu’à l’accoutumée. Il insiste : ce cercle de silence doit rassembler. Beaucoup. Non pas parce qu’il s’agit du dernier avant les vacances, mais surtout quand à la rentrée, Éric Besson, ministre de l’Immigration, doit s’exprimer dans l’hémicycle. « Notre objectif est de faire connaître l’avant-projet de loi qui ne nous laisse pas indifférents. On n’est pas les seuls. Or, en ce moment, on a tellement parlé des problèmes de Coupe du monde et de retraites que les gens ne sont pas bien au courant. » Et d’expliquer que « sous couvert de conformer le droit français à trois directives européennes, le gouvernement a adopté le 31 mars 2010 un nouveau projet qui sera présenté à l’Assemblée nationale fin septembre ». Dans ce texte, Norbert Crampon dénonce « des dispositions qui portent une grave atteinte aux droits des migrants ». Le Béthunois en cible trois en particulier. D’abord, la création de « zones d’attente » virtuelles ou zones potentielles de refoulement en tout lieu où serait découvert un groupe d’étrangers entrés irrégulièrement en France – « on pourrait en faire une ici », explique-t-il dans nos locaux pour souligner l’aberration. Ensuite, le prolongement de la durée jusqu’à 45 jours en repoussant l’intervention du juge des libertés et de la détention et en réduisant son pouvoir de contrôle. Enfin, la création d’une interdiction de retour en France de 2 à 5 ans pour toute personne ayant été expulsée. « Un véritable bannissement des territoires français et européen », traduit, scandalisé, Norbert Crampon. C’est dire qu’à la lecture de ce projet, il voit surtout « dans la façon de traiter les migrants des côtés pas très humains ». Un euphémisme pour celui qui aide les Erythréens basés au camp de Norrent-Fontes.

Là-bas, les membres du collectif leur apportent des bâches pour se couvrir, les conduisent aux douches, leur donnent de l’eau potable, etc. Ils les aident à vivre dignement. « Il faut se mettre à leur place. Ils fuient un pays en guerre, arrivent dans un autre dont ils ne parlent pas la langue. On ne peut pas les renvoyer chez eux. Nous, comment ferions-nous si on devait partir d’ici ? À Norrent-Fontes, les Erythréens ne nous demandent pas de les aider à passer en Angleterre. Ils se débrouillent entre eux. Mais, ici, on veut qu’ils puissent être informés de leurs droits. » •

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s