Écrire pour les droits. Birtukan Mideksa, Éthiopie

Écrire pour les droits. Birtukan Mideksa, Éthiopie

Birtukan Mideksa, la dirigeante d’un parti d’opposition, purge une peine d’emprisonnement à vie dans la prison de Kaliti à Addis-Abeba, en Éthiopie. Amnesty International considère cette femme comme une prisonnière d’opinion, emprisonnée pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et d’association.

Birtukan Mideksa avait déjà été arrêtée en novembre 2005 après que la Coalition pour l’unité et la démocratie, dont elle était un chef de file, a contesté les résultats des élections locales et parlementaires. Des manifestations post-électorales ont dégénéré. Les forces de l’ordre ont abattu 187 personnes et en ont blessé 765 autres. Au moins six agents de police ont été tués. Birtukan Mideksa a été accusée, entre autres, de trahison, déclarée coupable et condamnée à la détention à perpétuité.

Des anciens travaillant avec les détenus ont négocié un processus qui a conduit à une grâce par les autorités éthiopiennes. Birtukan Mideksa et d’autres ont été libérés en juin 2007 après avoir purgé plus de dix-huit mois de prison. Les conditions de cette grâce demeurent floues.

En novembre 2008, Birtukan Mideksa a évoqué lors d’une réunion publique en Suède les négociations ayant conduit à sa libération. Quand elle est revenue en Éthiopie, les autorités lui ont demandé de revenir sur cette déclaration, à défaut de quoi elle serait de nouveau arrêtée. Elle a refusé et a été arrêtée en décembre 2008. Le ministère de la Justice a émis une déclaration annulant la grâce qui lui avait été octroyée et rétablissant la peine de réclusion à perpétuité prononcée à l’origine.

Depuis une décision de justice sur une plainte déposée par elle contre la prison, Birtukan Mideksa a été autorisée à recevoir des visites plus régulières de sa famille immédiate, y compris de sa mère et de sa fille de quatre ans. Toutefois, elle n’aurait eu jusqu’à présent qu’un accès intermittent à une représentation légale.
AGISSEZ

1. Écrivez au Commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire :

  • exprimez votre préoccupation concernant la nouvelle sentence de prison à vie imposée à Birtukan Mideksa à la suite de sa nouvelle arrestation en décembre 2008 ;
  • exhortez-le à utiliser tous les moyens diplomatiques pour encourager le gouvernement éthiopien à libérer Birtukan Mideksa immédiatement et sans condition.

European Commissioner for Humanitarian and Development Aid
Karel de Gucht
Berlaymont 10 / 165
1049 Bruxelles
Belgique

2. Rédigez une lettre de soutien à Birtukan Mideksa :

Salutations de [nom de la ville]. Nous pensons à vous et vous envoyons nos plus amicales pensées, à vous et à votre famille.

Birtukan Mideksa
C/O Ethiopian Women for Peace and Development
P. O. Box 1318
Wheaton, MD 20915
États-Unis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s