Une pétition pour le droit d’être en France

L’Echo de la Lys – jeudi 01.04.2010

Une pétition pour le droit d’être en France

L’association Terre d’errance attire l’attention sur la situation d’Abraham Mahari Gebremesked. Abraham a fui son pays natal, l’Érythrée, après avoir subi l’emprisonnement et la torture pour lui faire abjurer sa foi.
Sa religion, le pentecôtisme, y est interdite.

Emprisonné un an et demi durant à partir de 2001, il a de nouveau été persécuté pendant son service militaire obligatoire, pour les mêmes raisons. Il parvient à s’échapper en 2005, ce qui lui vaut d’être considéré comme déserteur dans son pays.

Arrivé à Paris, il demande la protection de la France, laquelle lui est refusée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. Il ignore alors que les décisions de l’OFPRA peuvent être contestées devant la Cour nationale du droit d’asile, et n’y dépose donc pas de recours.

Abraham se joint à un groupe de compatriotes érythréens et gagne l’Angleterre où il travaille pendant deux ans, au noir. C’est le paradoxe de la Grande-Bretagne, on peut y circuler sans papier, mais sans papier on n’a pas le droit d’y travailler. « En Angleterre, des charters d’expulsés décollent tous les mardis pour l’Afghanistan », signale Thomas Suel, militant de Terre d’errance.

Contrôlé sur son lieu de travail, Abraham est quant à lui renvoyé en France, le pays ayant enregistré ses empreintes digitales. Mais dès son arrivée sur le sol français, la police lui fait savoir qu’il fait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière.

Tout en étant sommé de quitter le territoire français, le ressortissant érythréen n’est pas expulsé vers son pays d’origine. De nombreuses organisations – dont Amnesty International, Human Right Watch et les Nations unies – s’opposent d’ailleurs au renvoi en Érythrée des demandeurs d’asile déboutés. Parce qu’ils y risquent la prison et la torture.

Abraham refait alors la traversée clandestine vers l’Angleterre. Il compte alors y demander l’asile, ignorant que le règlement Dublin 2 n’autorise cette sollicitation que dans un seul pays de l’espace Schengen. Repéré par le chauffeur du camion, il est remis aux autorités puis, pour la seconde fois, expulsé vers la France.
Depuis, Abraham est en France, mais dans une sorte de flou juridique que dénonce Terre d’errance. Sa deuxième demande d’asile a été rejetée par l’OFPRA « faute d’éléments nouveaux » dans sa situation. Le recours qui a suivi a été rejeté par la CNDA. L’exilé érythréen est dans l’impasse, entre l’impossibilité de retourner dans un pays où il sera en danger de mort, et le refus réitéré d’asile politique du seul pays d’Europe où il est autorisé à le demander.

Il reste à Abraham la possibilité de déposer un recours au Conseil d’État, explique Jérémy Nourry, de Terre d’errance, mais les frais à engager sont un obstacle insurmontable pour l’Érythréen. Abraham, avec le soutien de l’association, a demandé à deux reprises au préfet du Pas-de-Calais de régulariser sa situation. « Au moins pour un an », précise Thomas Suel, « ça lui suffirait pour vivre sereinement le temps de constituer un dossier de demande d’asile solide. » La préfecture n’a pas accédé à la requête d’Abraham et de Terre d’errance. Un courrier à la présidente de l’association lui rappelle qu’Abraham n’a pas déposé de recours après le premier refus de l’OFPRA et qu’il a déposé une autre demande, sous un faux nom, en mars 2009. « Abraham a commis là une erreur, reconnaît Jérémy Nourry. Mais c’est parce qu’il ne sait plus quoi faire pour être entendu. » Devant la fermeté de la préfecture du Pas-de-Calais, Terre d’errance a convaincu Abraham de sortir de la discrétion. Une pétition circule pour demander au préfet « d’user de son pouvoir discrétionnaire pour autoriser Abraham à vivre parmi nous ! » Plus de deux cents signatures ont déjà été recueillies.

« Je ne veux pas retourner dans la rue », clame Abraham, gardant un horrible souvenir de son errance à Paris. « Je ne suis pas alcoolique, je ne me drogue pas. Je ne fais pas de problèmes. Je suis en bonne santé. Je veux juste vivre ici, et travailler. » Abraham Mehari Gebremesked a commencé d’apprendre le français. Il rêve de devenir cuisinier, et d’une vie enfin tranquille.

Grégory FAUCQUEZ

Vos réactions dans http://www.lechodelalys.fr La pétition « Non au renvoi d’Abraham en Érythrée » est disponible à https://terreerrance.wordpress.com

L’Echo de la Lys

Source

petition

Téléchargez la pétition (format pdf), à imprimer et à faire signer

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s