Fin d’un chapitre

C’est avec émotion que Terre d’Errance annonce la fin de l’accompagnement mis en place depuis 2 ans autour de la communauté migrante érythréenne.

Depuis quelques jours, il n’y a plus de migrants d’origine érythréenne à Norrent-Fontes. Trop peu nombreux pour assurer leur sécurité, les Érythréens ont abandonné l’aire de repos de Saint-Hilaire-Cottes pour rejoindre un autre groupe de même nationalité sur Steenvoorde.
Le flux d’Érythréens s’est tari temporairement car l’Italie, avec le soutien de l’Europe, a signé des accords sanglants avec la Libye de Kadhafi, à hauteur de 5 milliards de dollars d’ici 25 ans. Par Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières, l’Europe remet, depuis mai 2009, les demandeurs d’asile arrivant par bateaux aux mains de leurs bourreaux libyens qui, bientôt, les renverront dans les geôles érythréennes.
Les demandeurs d’asile n’arrivent donc plus sur le territoire européen, mais meurent à sa porte. Terre d’Errance déplore les ravages de ces politiques sur la cohésion des peuples, les rapports Nord/Sud et la paix mondiale pour les décennies à venir.

Pour autant, l’action humanitaire de l’association se poursuit auprès des autres communautés de migrants présents dans la région. Plusieurs centaines de personnes sont encore bloquées à Calais, Dunkerque et dans les environs.

Vendredi 19 février 2010, les migrants érythréens de Norrent-Fontes ont donc remercié les bénévoles et quitté la salle communale où ils logeaient depuis mi-décembre. Fin février 2008, leurs précédents compatriotes avaient demandé le soutien des bénévoles de l’association pour échapper à la violence des zones de non droits, où les politiques européenne et gouvernementale les maintiennent. Depuis, un mode de gestion inédit avait pu se mettre en place. L’association servant d’intermédiaire entre tous les acteurs de cette question, une bonne communication et une médiation quotidienne avaient fait disparaître les violences intracommunautaires et réduit les problèmes naturels de cohabitation avec la population locale. Protégés, grâce aux bénévoles, par la connaissance de leurs droits fondamentaux, les migrants ont chassé les passeurs-dictateurs pour les remplacer par de simples fermeurs de portes.

L’association salue la gendarmerie et les élus locaux, qui ont su écouter et chercher à comprendre pour gérer au mieux une situation qui échappe complètement aux institutions locales, régionales et même nationales.

L’ensemble des bénévoles tient à saluer la communauté érythréenne et ses 1 000 ressortissants qui, en un peu plus de 2 ans, ont fait une halte à leurs côtés, pour leur amitié, leur courage, leur joie, leur respect et la confiance qu’ils leur ont accordés dans cette expérience inédite.

Pour la première fois dans notre région, un lieu de passage est abandonné pacifiquement par une communauté de migrants. Terre d’Errance se félicite de l’accompagnement effectué lors de cette transition. Dans le même contexte, sans la médiation quotidienne des bénévoles, le parking de Norrent-Fontes et ses abords auraient sans doute connu un nouvel épisode sanglant.

Terre d’errance


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s