Les démarches d’un réfugié congolais de Paris

20minutes.fr – 09.02.10

Depuis décembre, «20 Minutes» suit les démarches d’un réfugié congolais de Paris.
L’Ile-de-France, terre d’accueil des réfugiés. L’année dernière, la région a enregistré 43% des demandes d’asile du territoire national. Hier, la Cimade, principale organisation d’aide aux réfugiés, a présenté son rapport d’observation sur la procédure de demande d’asile, longue et complexe. Dans le passé, elle avait déjà épinglé les préfectures franciliennes qui compliqueraient les démarches pour décourager les requérants. Absence de guide, de documents traduits, non-respect des délais, exigence illégale de pièces…

Deux mois de suivi

A ces pratiques s’ajouterait une culture du «quota» dans la région. Alors que des centaines de réfugiés s’agglutinent devant la préfecture de police, seule une vingtaine de demandes d’asile sont étudiées chaque jour dans la capitale. A Versailles (Yvelines) ou Créteil (Val-de-Marne), c’est deux fois moins. Après plusieurs tentatives, Mikobi, 32 ans, est parvenu à déposer sa demande. 20 Minutes l’a suivi pendant deux mois dans ses démarches. La réalité constatée est édifiante: des journées et des nuits d’attente dans le froid pour être entendu, et des mois durant lesquels manger et dormir est un combat, avant de recevoir une réponse. D’après la Cimade, seuls 30% des requérants franciliens ont finalement obtenu le statut de réfugié l’année dernière.

ENQUETE – Ce Congolais de 32 ans est arrivé en France le 30 novembre 2009…

Sa vie ne se résume plus qu’à une longue file d’attente. Depuis qu’il est arrivé en France le 30 novembre 2009, Mikobi ne cesse de faire la queue. Au guichet de la préfecture, devant les centres d’accueil, pour trouver un hébergement ou de la nourriture.

Prendre son mal en patience

A 32 ans, Mikobi demande la protection de la France. Il assure avoir subi six mois de tortures dans un cachot militaire à Goma, au Nord Kivu, une région de l’Est de la République démocratique du Congo. Au motif qu’il récupérait les enfants enrôlés dans l’armée. «Je n’ai pas eu de procès dans les règles», s’offusque-t-il. Il a réussi à s’évader et rentrer en France grâce à un passeport emprunté. Et une enveloppe de plusieurs milliers de dollars, remis à son passeur. Ce dernier l’aurait même hébergé quelques jours en région parisienne. «Toi et moi, nous sommes quittes», lui a-t-il lancé avant de l’abandonner dans la capitale, le 8 décembre dernier.

Recueilli par une association d’aide aux réfugiés, il entame sa première démarche à la Préfecture de police (PP). Il doit s’y rendre pour déclarer sa présence aux services de l’Etat. Problème: seules vingt premières demandes d’asile sont enregistrées chaque jour. Il doit donc se trouver dans les premières places pour avoir une chance d’être reçu. Mikobi décide de se présenter la veille. Le 4 janvier, il s’installe donc devant l’annexe de la PP, boulevard Ney (18e). Il est 13h. Au fur et à mesure que la journée, puis la nuit, avancent, la file grossit. Au lever du jour, une centaine de personnes l’ont rejoint. Ils ont aménagé des abris de fortune avec quelques cartons, des couvertures de survie et des palettes de bois.

Vers 8h, les premiers policiers font leur apparition. Ils sont là pour encadrer les requérants et filtrer les entrées. «Aucune première demande ne rentre aujourd’hui. Revenez demain», ordonne froidement l’un d’entre eux. Mikobi, lui, ne bronche pas. «Hier aussi, les policiers avaient dit ça pour décourager les gens», se rassure-t-il. Sa détermination est payante car après dix-huit heures de patience, il est le premier à être reçu. Son rendez-vous durera trente minutes.

Porte-monnaie volé

Quand Mikobi ne fait pas la queue devant la préfecture, il occupe ses journées à trouver un lieu pour dormir. Il est régulièrement hébergé à la Boulangerie, une ancienne caserne du 18e, reconvertie en centre d’accueil. «Je sens que ça ne va pas, dans ma tête. Ce n’est pas facile. J’ai envie de crier, mais il faut que je sois fort», lâche-t-il en discutant avec le responsable du lieu. Bagarres, embrouilles rythment son quotidien. Il assure s’être fait voler son porte-monnaie. «Un gros problème pour moi, c’est les transports. Comment je peux les payer?», angoisse-t-il. A deux reprises, il s’est fait contrôler par des agents de la RATP, qui l’ont verbalisé. Un obstacle dont il se serait bien passé. «Maintenant je dois prendre rendez-vous avec une association pour rédiger une lettre et expliquer ma situation au directeur [de la RATP].»

D’ici à un mois, Mikobi devrait recevoir une aide de l’Etat. Environ 10 € par jour. Il attend désormais une place dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada). «Pas avant cinq mois. Car il est sans enfant, jeune et en bonne santé», explique-t-on à France terre d’asile. Mardi dernier, une étape importante dans son parcours a été franchie: il a déposé son dossier complet à la préfecture, ce qui lui aura finalement pris deux mois. Son cas est désormais étudié à l’Office français de protection des réfugiés et des demandeurs d’asile (Ofpra). Au mieux, il aura une réponse d’ici à mai. Au pire, il devra patienter près de neuf mois. En 2009, l’Ofpra a rejeté 86,8% des demandes examinées.

Source

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s