Europe : Des réfugiés somaliens sans abri à Budapest

Article de l’UNHCR – Publié le 27 janvier 2010

Des réfugiés somaliens sans abri en plein hiver à Budapest

BUDAPEST, Hongrie, 27 janvier (HCR) – Abdurrahman* a réchappé au conflit dans sa ville natale de Mogadiscio et il a enduré des expériences traumatisantes lors de son épopée pour rejoindre l’Europe. Toutefois il confie que rien n’a été pire que sa vie dans la capitale hongroise.

« C’est la pire semaine de ma vie », a indiqué ce jeune réfugié somalien, serrant une tasse de café dans ses mains glacées, aux visiteurs du HCR qui l’ont rencontré alors qu’il était assis sur un banc d’une place du centre-ville de Budapest et qui l’ont accompagné dans un café à proximité.

Photo : Un réfugié africain boit un café dans un centre d’accueil pour sans abri à Budapest et réfléchit à son avenir. © HCR/B.Szandelszky

Comme de nombreux autres Somaliens qui ont obtenu le statut de réfugié en Hongrie, Abdurrahman n’avait pas réalisé que les règlements de l’Union européenne lui permettaient de se rendre dans d’autres Etats pour une période de trente jours, sans pouvoir toutefois s’y installer. Il a rejoint des proches au Royaume-Uni, mais il a été mis en détention et renvoyé à Budapest en décembre dernier conformément au règlement de Dublin II. Ces dispositions obligent les demandeurs d’asile à rester dans le pays où ils ont déposé une demande d’asile, qui est normalement leur premier point d’entrée en Europe.

Ceux qui sont expulsés vers Budapest trouvent souvent qu’il est difficile d’y trouver un logement et, de ce fait, ils perdent des indemnités, y compris une allocation d’intégration équivalente à environ 620 euros. Ils peuvent souscrire une allocation pour la sécurité sociale d’un montant de 100 euros par mois, mais le traitement des demandes prend du temps.

Avec l’arrivée de l’hiver, le temps est quelque chose que nombre d’entre eux ne peuvent s’offrir. Le HCR estime que près de 50 Somaliens vivent dans la précarité, soit ils sont forcés de dormir dans la rue, soit dans des centres d’hébergement pour sans abri. Nombre d’entre eux en viennent même à mendier.

Durant l’hiver, leur bien-être est devenu une vive préoccupation pour le HCR qui, chaque mois, a exhorté le Gouvernement hongrois et les autorités municipales à mettre en place des mesures d’urgence pour aider les réfugiés sans abri.

« Nous avons besoin d’une solution immédiate pour les réfugiés en Hongrie, alors que les températures sont tombées en dessous de zéro », a prévenu Gottfried Köfner, le délégué régional du HCR basé à Budapest. « Le gouvernement doit pallier aux carences structurelles du système d’intégration qui laisse des réfugiés dans une telle détresse, sans possibilité de trouver un travail, un logement ou de vivre dans la dignité en Hongrie », a-t-il ajouté.

L’expérience vécue par Abdurrahman en Europe est comparable à celle que vivent un grand nombre de ses compatriotes. Après leur arrivée en Hongrie et la reconnaissance de leur statut de réfugié, ils sont habituellement transférés vers un centre spécial à Bicske, à l’ouest de Budapest, où ils suivent des cours de hongrois et où ils reçoivent d’autres aides à l’intégration.

Ils passent jusqu’à six mois à Bicske, puis ils se retrouvent plus ou moins livrés à eux-mêmes. C’est à ce stade que nombre d’entre eux décident d’aller dans d’autres pays, tout spécialement les Pays-Bas, les pays scandinaves et le Royaume-Uni.

Un grand nombre de Somaliens ont indiqué au HCR que la pénurie d’emplois et d’opportunités de formation professionnelle, les difficultés de trouver un logement, des problèmes de langue, la crainte de subir des attaques racistes et l’impossibilité de réunification de leur famille en Hongrie sont les principales raisons de leur départ.

Omar,* âgé de 21 ans, a indiqué qu’il avait décidé d’aller en Finlande quelques mois après avoir obtenu le statut de réfugié car il pensait qu’il ne pourrait pas survivre en Hongrie. Il avait commencé une formation en informatique à Helsinki avant d’être expulsé après avoir essayé, du fait de son ignorance des règlements, de demander à nouveau l’asile.

Lors de son entretien avec le HCR mi-décembre, Omar vivait dans un centre d’accueil pour sans abri à Budapest. Il était inquiet de sa survie durant l’hiver car le centre d’accueil devait fermer ses portes pour rénovation.

Abdurrahman est allé directement à Manchester au Royaume-Uni après avoir obtenu le statut de réfugié début 2008. « J’avais tout. J’étais à Manchester avec mon oncle et ma famille. Ils prenaient soin de moi. Je suivais des cours de langues et je me préparais à aller à l’école », a-t-il expliqué, avant d’ajouter, avec amertume : « Maintenant je n’ai plus rien. »

Ce jeune homme, qui avait fui depuis Mogadiscio pour échapper à la violence persistante, a expliqué qu’il avait été abandonné à l’aéroport de Budapest. « Je n’avais ni argent, ni vêtements chauds et je ne connaissais personne en Hongrie », s’est-il rappelé. Il s’est retrouvé sans-abri durant trois nuits et il a dormi sur la place Blaha Lujza dans le centre de Budapest.

Il avait froid et faim, il était sale et il avait peur des skinheads. Il s’est alors rendu dans le seul endroit qu’il connaissait, le centre Bicske. Des ressortissants somaliens ont pris soin de lui avant qu’il ne soit découvert par le personnel de sécurité et obligé de quitter les lieux. « Ils ont mis ma photo à l’entrée comme si j’étais un criminel. Mais je n’avais nulle part ailleurs où aller. »

Le jour de son entretien avec le HCR, Abdurrahman ne pouvait même pas aller dans un centre d’accueil pour sans abri car, pour y rentrer, il doit présenter une carte d’identité et un certificat médical prouvant qu’il ne souffre d’aucune maladie contagieuse. Tout ce qu’il avait sur lui, c’était une carte d’embarquement du vol Londres-Budapest qui avait brisé son rêve.

Il peut obtenir tous les documents d’identité avec l’aide du Bureau de l’immigration et de la nationalité, mais il a besoin de parler le hongrois et de temps. Le HCR espère que son intervention, visant à résoudre la crise du logement pour les réfugiés et à appuyer une amélioration des politiques d’intégration en Hongrie – y compris le droit de travailler et de vivre dans la dignité – aidera des personnes comme Abdurrahman.

* Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Zoltan Toth et Melita H. Šunjić à Budapest, Hongrie

Source

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s