La « mobilité », un droit humain

Commerce international – 30 décembre 2009

La « mobilité », un droit humain

En 2010, dans le jargon des spécialistes du développement, le terme « mobilité humaine » remplace parfois celui de « migration ». C’est le cas de nombreuses fois dans le Rapport mondial sur le développement humain 2009 du PNUD (1). Cette distinction ne relève pas de la coquetterie linguistique. « La migration a souvent mauvaise presse », écrit Helen Clark, administrateur du PNUD, dans son avant-propos. « Les stéréotypes négatifs décrivant les migrants comme « volant nos emplois » ou « vivant aux dépens du contribuable » sont légion dans certains médias et une partie de l’opinion publique, particulièrement en ces temps de récession. Pour d’autres, le mot « migrant » évoque l’image de personnes en situation d’extrême vulnérabilité ».
Pour la première fois, le rapport du PNUD consacre l’intégralité de ses pages aux aspects positifs des mouvements migratoires, mais aussi à leur défense, dans un discours aux allures de mise au point. « La mobilité humaine peut être un moyen extrêmement efficace d’offrir à quelqu’un de bien meilleures perspectives en termes de revenus, de santé et d’éducation. Mais elle représente bien plus encore : pouvoir choisir son lieu de vie est un élément essentiel de la liberté humaine », estiment les auteurs. À la peur de l’envahissement, régulièrement exprimée dans les pays les plus riches, ils opposent des chiffres : « l’écrasante majorité des personnes qui migrent le font à l’intérieur de leur propre pays (…). Nous estimons à environ 740 millions le nombre de migrants internes, soit près de quatre fois celui des migrants internationaux. » Et parmi ceux qui ont quitté leur pays, seulement un tiers s’est déplacé d’un pays en développement vers un pays développé, soit moins de 70 millions de personnes.
Les obstacles au déplacement sont pointés du doigt, tout comme l’hypocrisie politique à laquelle s’adonnent de nombreux gouvernements, en « tolérant » les travailleurs illégaux dont leurs économies ont besoin. « On estime aujourd’hui que 50 millions de personnes vivent et travaillent en situation irrégulière à l’étranger (…). Bien qu’ils fassent souvent le même travail et paient les mêmes impôts que les résidents locaux, (ces migrants) ont parfois un accès limité aux services de base et encourent le risque de se faire expulser. » Le PNUD encourage les pays à « lever les barrières » politiques afin de stimuler les économies des régions d’accueil et d’augmenter les revenus, stimuler la consommation, améliorer l’éducation et la santé dans les pays d’origine. Les auteurs émettent des propositions de mesures à destination des pays (d’accueil et d’origine), mais aussi du secteur privé, des syndicats, des ONG et des migrants. Elles sont consultables sur le site Internet du rapport : http://hdr.undp.org.

(1) Programme des Nations Unies pour le développement humain (PNUD).

Rapport mondial sur le développement humain 2009
Éditions La Découverte (octobre 2009)
272 pages, 27 €

Cécilia Dubé

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s