De Lens à Angres, une marche en faveur des migrants

La Voix du Nord – dimanche 04.10.2009

De Lens à Angres, une marche en faveur des migrants avant de partager le bol de riz de la fraternité

Qu’ils soient afghans, vietnamiens ou érythréens, les migrants …

sont soutenus par diverses associations à caractère humanitaire, et plus encore depuis le démantèlement de « la jungle » de Calais sur décision du ministre de l’Immigration, Éric Besson.

Dans la région lensoise, le « cercle de silence » organisé chaque mois par le collectif Fraternité Migrants avait pris fait et cause pour la dignité de ces personnes voulant gagner l’Angleterre. Le député-maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, avait déjà adressé un courrier au ministre, qui disait en substance : « Nous courons à la catastrophe humanitaire et la France offre désormais le visage d’une terre d’intolérance. La France doit rester une terre de solidarité et, en dehors du gouvernement, nous sommes nombreux à y croire et à défendre cet idéal. » Hier après-midi, Sylvain Robert et plusieurs élus lensois sont venus renforcer les rangs de la « marche citoyenne » au départ de la gare, tout comme Maryse Roger-Coupin, maire d’Angres. « Comme les organisations syndicales et les associations, nous soutenons cette lutte en faveur des migrants », a déclaré le premier adjoint au maire de Lens.

Avec pour slogans « Dignité pour tous », « Stop aux expulsions ! », « Halte à la maltraitance des migrants » ou encore « Résistance à l’oppression », de Lens à Angres, en passant par Liévin, le cortège est passé de 110 à 250 personnes.

Là, sur la place de la petite commune où se trouve le camp des migrants, la responsable de l’association Terre d’errance, Lily Boillet, a rappelé les raisons d’une telle démarche : « Quand le centre de Calais puis celui de Sangatte ont été fermés, la question des migrants n’a été réglée que temporairement. Aujourd’hui encore, après le démantèlement de « la jungle », il reste dix-neuf points d’ancrage entre Cherbourg et la Belgique. Ce n’est qu’un coup de pied dans la fourmilière ! Le gouvernement propose aux migrants d’opter pour le retour volontaire dans leur pays, ce qui est impensable quand on connaît les conditions de vie qui y règnent, ou la demande d’asile en France. Ceci alors que des solutions existent au cas par cas : il suffit de les étudier pour leur redonner un moyen de gérer leur destin. » Après un temps d’arrêt, Lilly Boillet continue : « Tout ceci n’est pas qu’une histoire de passeurs… On a l’impression que l’Europe tourne le dos aux valeurs qui l’ont formée. » La parole a alors été donnée à Dounia, une Érythréenne qui a raconté son parcours à travers le Soudan, la Libye et l’Italie, et à un Vietnamien qui a déclaré en français : « Avant de passer en Angleterre, nous souhaitons vivre en paix et être traités comme de vrais être humains en France.

Nous aimerions tant un monde sans frontières… » Le responsable de Fraternité Migrants a ajouté que « les migrants étaient les bienvenus chez nous » avant de lancer des chants sur l’air du P’tit Quinquin et d’autres succès populaires.

En fin d’après-midi, les migrants, au nombre d’une cinquantaine, ont préparé « le riz de la fraternité » afin de le partager avec tous ceux qui soutiennent leur cause.

FRÉDÉRIC CAMUS PHOTO DELPHINE PINEAU

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s