Dans le cercle de silence, ils sont les porte-parole des sans-voix

Nord Eclair – Publié le mercredi 30 septembre 2009

Dans le cercle de silence, ils sont les porte-parole des sans-voix

Ce n’est pas parce qu’on a des choses à dire qu’il faut parler. Dans les cercles de silence, on garde les lèvres serrées pour exprimer sa solidarité envers les migrants et les sans-papiers. Hier, la chaîne s’est reformée au pied du beffroi, une semaine après l’évacuation de la « jungle » à Calais. Norbert Crampon en est l’un des maillons.

PAR ISABELLE MASTIN

bethune@info-artois.fr

PHOTO « LA VOIX » Il aurait préféré ne pas être pris seul en photo. Pour ne pas faire d’ombre à ceux qui ont créé le cercle de silence de Béthune. Norbert Crampon en est un maillon actif mais il insiste : « Sans en dépendre, le cercle a été déclenché par des gens de Terre d’errance » – dont il est trésorier. Il en prête le mérite à Nan Suel, l’une des bénévoles du camp de fortune de Norrent-Fontes. Elle a lancé l’idée et depuis décembre 2008, chaque dernier mardi du mois, ils sont plusieurs dizaines à se prendre la main pendant une heure. Bâillonnés ou les lèvres serrées, en signe de désapprobation aux traitements réservés aux migrants et aux sans-papiers.
Nul besoin de montrer patte blanche : fi des convictions politiques, peu importe le sentiment religieux. Ce serait un comble de refuser quelqu’un. « Au début, nous nous sommes demandé où former le cercle. Certains suggéraient près de la gare mais il n’y aurait eu du monde qu’à l’heure des trains. La Grand-Place est plus passante. Quand les gens s’arrêtent, on leur parle, on leur donne des tracts. La plupart sont réceptifs.
» Bien sûr, il a déjà entendu des répliques peu amènes « mais il n’y a jamais eu d’accrochages ».
L’effet « fourmilière » L’évacuation de la « jungle » de Calais renforce sa motivation. « On savait que ça allait se faire. Cette situation, de mon point de vue, ne pouvait pas durer » mais la façon d’agir du gouvernement le révolte. « Rien n’a été prévu pour après. C’est comme une fourmilière : les fourmis s’éparpillent et se regroupent ailleurs. » Plus d’une centaine de candidats au passage sont déjà revenus à Calais… Des retombées sur l’effectif de Norrent-Fontes ? « Non. » Une trentaine de personnes y gravitent. « Surtout des Érythréens », parfois surdiplômés. Des passeurs ? Norbert les reconnaît au premier coup d’oeil mais nuance : il y a les vrais passeurs, les « proxénètes » et les « ouvreurs de portes » de camions, eux-mêmes candidats au passage.
Norbert Crampon se revoit trente ans en arrière. Après quelques vies antérieures qui l’ont vu exercer son métier d’ingénieur de la Tunisie à la Lorraine, il venait d’arriver à l’IUT de Béthune. « On a aidé des familles de boat-people, trouvé de la place à la Grande Résidence… » – au Mont-Liébaut. On stockait des meubles à droite et à gauche. « Il n’y avait que quelques familles », ça facilitait les choses.
Un peu ému, il repense à un gamin devenu ingénieur. La fierté de ses parents.
Et un conte de fées à côté de ce qu’endurent les migrants. Et ça ravive la volonté de révolte. Norbert, ça l’a pris en 2007. « J’avais lu un article sur Norrent-Fontes. » Il s’est souvenu avoir fait visiter Sangatte à des homologues du Comité contre la faim et pour le développement (dont il fait aussi partie) et sa conscience citoyenne a fait le reste. En un coup de fil à l’abbé Delannoy, il s’est retrouvé à aider les migrants de Norrent-Fontes. « Je faisais la navette pour les conduire à la douche. » Il sait que la menace plane sur Norrent-Fontes et que la protestation silencieuse est plus que jamais utile. « C’est tendu. On espère que ce ne sera pas comme il y a quelques années, à Noël. On a chassé les gens, dans le froid. La ville a ouvert une salle mais c’est un accueil provisoire.
Interdit de les héberger… » Il soupire : « 85 à 90 % ne sont pas expulsables », la plupart visent la Grande-Bretagne.
Peu se hasardent à demander l’asile. Effet Dublin II, cet accord qui les renverrait dans le premier pays d’Europe où ils ont posé le pied. « Ils n’hésitent pas à se taillader les doigts pour effacer leurs empreintes… » Dans le cercle de silence, les mains ne s’en serrent que plus fort..

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s