Steenvoorde : le camp d’accueil des migrants rouvrira bien le 15 octobre

La Voix du Nord – mercredi 30.09.2009

Steenvoorde : le camp d’accueil des migrants rouvrira bien le 15 octobre

Lundi, le conseil municipal de Steenvoorde a officialisé la réouverture du camp occupé par une vingtaine d’Érythréens l’hiver dernier et au printemps. L’accueil reprendra du 15 octobre au 15 avril, à l’emplacement de la précédente installation, rue de Watou.

PAR MARC LE TELLIER hazebrouck@lavoixdunord.fr

Le sujet a été expédié en une petite dizaine de minutes. Comme une évidence. Le camp rouvrira le 15 octobre, pour six mois. L’association Terre d’errance Steenvoorde l’annonçait sur son site Internet dès le 14 septembre : « La réouverture du camp de migrants devrait avoir lieu le 15 octobre, sur les mêmes modalités que l’hiver dernier : deux tentes accueillant en tout 20-30 personnes, service sanitaire, alimentaire et vestimentaire associé, information sur le retour au pays et les modalités d’asile en France. » Entre temps, le ministre Éric Besson a mené, le 22 septembre, l’opération démantèlement de la « jungle » calaisienne. Terre d’errance s’est ravisée. Deux jours après la destruction de la zone, l’association évoque « une reprise de contact avec les autorités locales afin de décider de l’opportunité de rouvrir le camp d’accueil ». La visite ministérielle, comme un grain de sable dans la belle mécanique lancée à Steenvoorde voilà un an ? Jean-Pierre Bataille balaie l’hypothèse : « Je n’ai pas besoin de prendre d’ordres de mon appareil politique. Avec Jean-Pierre Decool, nous avons rencontré Éric Besson en juin. Il a validé l’expérience humanitaire steenvoordoise. Le sous-préfet m’a indiqué : « vous pouvez recommencer ce que vous voulez quand vous voulez ». » Les partisans, autant que les détracteurs du camp, sont dans l’attente. Dans la salle de conseil, un homme persifle : « Ils nous envoient ch… quand ils passent devant nous, chemin des Cendres. » Ils, ce sont les Érythréens qui, pour avoir déserté les abords de l’A 25 « à 90 voire 95 % », n’ont jamais réellement quitté la plaine de l’Yser, depuis la fermeture du camp, en mai. Selon Nathalie Vanacker, la destruction de la jungle calaisienne aurait ramené entre « dix-huit et vingt » Érythréens en une semaine près de l’autoroute : « Il y a un peu plus de passage. Nous sommes incapables de dire comment va évoluer le flux », poursuit la conseillère et membre active de Terre d’errance. D’autres communautés vont-elles se greffer à Steenvoorde, avec quelles répercussions sur l’entente dans le camp ? Comment éviter le risque d’« accueil démesuré » ? Élus et bénévoles ont quinze jours pour réfléchir à la tâche, toujours aussi indispensable, au moins aussi délicate qu’il y a un an.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s