Italie : L’Eglise contre l’indifférence au sort des migrants

L’Eglise contre l’indifférence au sort des migrants

NOUVELOBS.COM | 21.08.2009

Secours portés à une patera d’immigrants clandestins (Sipa)

Le quotidien de l’Eglise italienne dénonce la nouvelle loi du « non voir » et, après la disparition en mer de 73 migrants érythréens, fait le parallèle avec les convois de déportés par les nazis.

Avvenire, le quotidien de l’Eglise italienne, s’insurge dans son édition de vendredi 21 août contre « les yeux fermés » de « l’Occident » sur l’immigration clandestine. Un éditorialiste du journal opère un parallèle avec l’indifférence face aux convois de déportés par les nazis, après le sauvetage de cinq Erythréens qui affirment que 73 autres sont morts en mer.
Le quotidien de la Conférence des évêques italienne, déplore en première page, « la nouvelle loi du non voir » qui est « comme une habitude », en évoquant l’odyssée des migrants aperçus « au moins de loin » par d’autres embarcations durant leur 23 jours de voyage, comme des rescapés ont pu en témoigner.

Une indifférence tranquille
« Quand, aujourd’hui, nous lisons (les récits) sur les déportations des juifs sous le nazisme, nous nous demandons: sûrement, les populations ne savaient pas. Mais ces convois plombés, les voix, les cris dans les gares de transit, personne ne les voyait ou ne les entendait ? A l’époque, c’était le totalitarisme et la terreur qui faisaient fermer les yeux. Aujourd’hui non. Une indifférence tranquille, résignée, peut-être même une aversion gênée, sur la Méditerranée. L’Occident aux yeux fermés », dit-il.

Racines fondamentales
« Cinq naufragés nous parlent de fils et de maris morts de soif après des jours d’agonie », relève-t-il.
Pour le journal, « aucune politique de contrôle de l’immigration ne permet à une communauté internationale de laisser un bateau chargé de naufragés à son destin. Il existe une loi de la mer, bien plus ancienne que celle codifiée par les traités. Et elle ordonne: en mer, on porte secours ».
« Après, sur terre, d’autres lois entrent en jeu: droit d’asile, accueil, refus. Mais les vies, cela se sauve », insiste-t-il.
« A l’inverse, ce bateau vide (…) parle (…) d’une autre loi. Ne pas s’arrêter, continuer sa route ». Et le fait de « violer » cette « ancienne » loi « menace nos racines fondamentales. L’idée de ce qu’est un homme et de combien il est précieux ».

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s