Angres : le maire de Méricourt lance un pavé dans la mare

La Voix du Nord – samedi 27.06.2009

La CALL veut saisir les parlementaires de la question des migrants sur son territoire

Hier soir, la séance du conseil communautaire s’achevait quand Bernard Baude, maire communiste de Méricourt, a mis sur la table la question des migrants sur le territoire de l’agglomération. À problème délicat, réponses compliquées. Le débat au sein de la Communaupole, en tout cas, est ouvert. À l’issue d’un conseil de fin d’année rapide et quasi bouclé, Bernard Baude a en effet lancé un pavé dans la mare, même si le problème est connu de tous. Connu de tous certes, mais géré au cas par cas, avec les moyens du bord, par chacune des communes concernées.

Une situation inextricable dont le maire de Méricourt entend enfin sortir par une action collective : « Je voudrais que l’on dénonce la situation des migrants à Angres auprès du préfet et des pouvoirs publics. » Il n’est pas le seul. L’élu a déjà obtenu le soutien verbal de huit mairies contactées au débotté. Et souhaite désormais que les trente-six communes de la CALL s’y associent. « Nous sommes d’accord pour dire qu’il faut s’organiser avec les associations et les bénévoles qui viennent en aide à ces populations et qu’on leur propose de prendre des douches et de se restaurer dans nos communes. » À quelle fréquence, selon quelles modalités ? L’élu communiste sait que cela reste à définir, mais il en fait « une question de justice ». Quitte à aller à l’encontre de la législation en vigueur qui punit celles et ceux qui apportent leur soutien illégalement aux migrants. Pas si simple. Michel Vancaille ne nie pas que la CALL aurait les moyens de donner une suite favorable à ces requêtes : « Nous avons sur notre territoire 1 003 équipements sportifs. Parmi ceux-là, il y en a forcément certains qui possèdent des vestiaires-douches. » Mais le président de l’agglo adresse une mise en garde : « Quand j’ai lancé un appel similaire pour les SDF cet hiver, une seule commune, Noyelles-sous-Lens, avait dit « oui ». »

Michel Vancaille préconise la cohérence et ne veut pas deux poids deux mesures. Discours partagé par Jean-Marie Alexandre, maire de Souchez, commune voisine d’Angres, et Guy Delcourt, qui vont plus loin. Notamment sur les moyens d’actions à employer. « Il faut être très prudent des actions que l’on va mener, prévient le maire de Lens. Je propose de saisir les parlementaires plutôt que le préfet, surtout depuis la nomation de Brice Hortefeux à l’Intérieur et de Michèle Alliot-Marie à la Justice. Sinon, on sait ce qu’il va se passer. » Et de poursuivre : « Il nous faut aussi faire la part des choses entre les réseaux de migrants. Et ne pas venir en aide à ceux qui viennent pour commercer, via la prostitution ou la mendicité organisée. » Si le débat reste entier et ouvert, Michel Vancaille, au nom du conseil, a donné hier soir son accord pour faire appel aux parlementaires, et a proposé d’associer dans cette démarche ArtoisComm, communauté voisine qui rencontre le même problème à Norrent-Fontes. Il s’agit maintenant de traduire la parole en acte.

tR. M.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s