Loon-Plage : destruction du camp

Article Nord Eclair – mercredi 17 juin 2009

Destruction d’un camp de migrants à Loon-Plage

Ce mercredi matin, vers 9 h, les forces de police ont procédé à la destruction d’un campement de migrants installés aux abords de Loon-Plage. Une centaine de personnes utilisaient les abris de fortune comme refuge.

C’est la seconde fois qu’un campement de migrants est détruit à Loon-Plage. la dernière fois, c’était en décembre 2008. De nouveau, les forces de police sont intervenues pour démanteler un campement de toiles qui servait de refuge à « une centaine de migrants », selon les estimations avancées par Aïssa Zaïbet, responsable local du Mrap.

L’intervention, qui a eu lieu vers 9 h ce mercredi matin, a été violemment dénoncée à la fois par des militants associatifs de terrain et par l’opposition municipale de Loon-Plage.

Aïssa Zaïbet, du Mrap de Dunkerque, estime qu’une « grande partie des migrants sont en fait des ados », et regrette que ceux-ci soient désormais « condamnés à passer la nuit à la belle étoile ». « L’Etat détruit, mais n’apporte aucune solution », note le militant du Mrap

Côté politique, Paulo Srerge Lopez, président des Verts Nord Littoral, a jugé « scandaleuse » l’intervention tandis que les représentants du PS et du MoDem de Loon-Plage ont signé une déclaration commune.

« Hypocrite »

«  »Des moyens financiers considérables sont mis en jeu régulièrement pour effacer ces campements du territoire du Nord-pas-de-Calais. D’ici quelques jours, les migrants auront reconstruit leurs habitats de fortune », juge le communiqué signé par Jean-Claude Delalonde (PS), Denis Favrez (PS) et Gaëtan Hermant (MoDem), tous trois dans l’opposition municipale à Loon-Plage. PS et MoDem appellent également les élus locaux « à se mobiliser contre ces opérations inutiles. »

« Ce genre d’opération ne sert à rien. Au contraire : on créée de la tension chez ces migrants, ce qui peut avoir un impact sur la population », juge Gaëtan Hermant. Pour lui, ce type de destruction de campement, « est hypocrite : comme à Calais, on fait de grandes déclarations mais on ne traite pas le problème, on ne fait que le déplacer, depuis des années ».

« Tout a été ravagé »

Denis Carrière, un militant des Verts qui est souvent sur le terrain aux côtés des migrants installés autour de Dunkerque, dénonce pour sa part les conditions dans lesquelles se sont déroulées les opérations. « Tout a été ravagé dans le campement des Afghans, comme dans celui des Kurdes. (…) Dans le premier camps, les forces de police ont pu déblayer le terrain, mais dans le second, plus difficillement accessible, ils ont tout rasé, sans laisser aux migrants le temps de reprendre leurs affaires », affirme le militant, qui évoque notamment « des effets personnels, des corans et de l’argent » qui aurait été jeté aux ordures en même temps que les palettes et bâches servant d’abris.

En fin d’après-midi, à Loon-Plage, des militants du Mrap, d’Esprits solidaires, de Loon-Plage environnement et des Verts étaient sur le terrain, en quête de bâches et de palettes pour aider les migrants à se construire de nouveaux abris.

M.M.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s