Communiqué Amnesty International : M. Eric Besson à Calais

Communiqué d’Amnesty International France

Discours de M. Eric Besson à Calais

La stigmatisation des migrants est une mesure facile, mais qui ne protège pas

Paris, le 24 avril 2009 – Amnesty International France (AIF) s’inquiète du contenu et surtout du ton du discours du ministre de l’Immigration, M. Eric Besson, prononcé à Calais le 23 avril 1.

AIF regrette que, dans son discours, le ministre stigmatise les migrants au point d’établir un raccourci déplorable les réduisant aux menaces qu’ils représenteraient : filières, vols, agressions, tuberculose et gale, rixes communautaires.

De la même façon, le ministre oublie de mentionner la situation dramatique des pays comme le Soudan, l’Erythrée, l’Irak ou l’Afghanistan que ces réfugiés fuient.

Le ton du discours et les principaux projets annoncés face à la situation décrite font craindre de nouvelles opérations de harcèlement des exilés déjà présents dans le Calaisis, vivant dans des situations précaires et devant souvent se résoudre à séjourner dans des campements insalubres dans la forêt (opérations « coup de poing », renforcement de la police, évacuation systématique des campements, disparition de la « jungle »).

Le ministre s’en prend aussi aux associations qui s’inquiètent du traitement réservé aux exilés en les qualifiant ironiquement de « belles-âmes » et il adresse même de nouvelles menaces aux personnes qui pourraient agir « par passion ». Pourtant, ce sont ces mêmes personnes qui évitent chaque jour que la dignité de ces hommes, femmes, enfants ne soit davantage bafouée.

L’annonce de nouveaux contrôles organisés par la France dans la région, autour des gares de l’Est et du Nord, ou conjointement avec l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays en dehors de l’Europe, devrait se traduire par de nouveaux obstacles pour les personnes en quête de protection pour accéder aux procédures d’asile.

Le ministre présente également six actions concrètes, car « la France n’a pas de leçon d’humanité à recevoir ». AIF accueille favorablement l’annonce du déplacement à Calais de l’enregistrement des demandes d’asile, recommandé par la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), dans son rapport de septembre 2008. Mais l’ONG souligne que cela n’attirera sans doute que peu de personnes si, d’une part, l’examen des demandes est toujours prévu pour certains en procédure dite « prioritaire »2 et si, d’autre part, le risque existe encore pour d’autres d’être tout simplement renvoyés sans examen vers un autre Etat membre de l’Union européenne. Le ministre confirme d’ailleurs les renvois vers la Grèce où le taux de reconnaissance du statut était pourtant de 0,05% en 2008 en première instance et où le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) recommandait aux autorités le 3 avril dernier de revoir « très, très attentivement » leur système de protection.

1 Allocution de M. Besson à Calais, 23 avril 2009 (http://www.immigration.gouv.fr/article.php?id_article=777).

2 Procédure manquant de garanties ; pas d’assistance ni d’accès à un centre d’accueil, examen accéléré en première instance, pas de recours suspensif en cas de rejet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s