Norrent-Fontes : la police aux frontières intimide Terre d’errance

 monica

 Garde à vue pour avoir rechargé des portables

Mercredi matin, 7 h 45. La sonnette de la famille Pouille, un couple norrent-fontois, retentit. À la porte : trois agents de la police aux frontières de Coquelles, deux hommes et une femme.

Derrière eux deux fourgonnettes avec à leur bord des migrants, selon des témoins.

Monique Pouille
59 ans, suspectée

« Les policiers avaient une commission rogatoire du juge en main. On y apprenait que ma femme, Monique, devait partir en garde à vue », explique Jean-Yves Pouille, encore sous le choc quelques heures après. « J’aurais préféré qu’ils m’emmènent moi plutôt qu’elle. Les agents n’étaient pas désagréables, ils faisaient leur travail, mais Monique n’était pas rassurée du tout. » Le temps que la dame rassemble quelques affaires, les policiers ont visité la maison et ont embarqué trois portables appartenant à des migrants, posés sur la table. « C’est ce qu’ils ont appelé un « flagrant délit d’aide aux personnes en situation irrégulière » », ajoute son mari.
Monique ne se cache pas dans ses missions bénévoles pour Terre d’errance, association de Norrent-Fontes qui vient en aide aux Érythréens de passage à Norrent-Fontes. Lors d’une émission tournée il y a quelque temps et diffusée à l’automne dernier, un samedi après-midi sur France 2, on la voyait dans sa cuisine en train de brancher les mobiles des migrants.
« Monique va souvent dans le camp. Les migrants n’ont pas d’électricité, alors elle ramène leur téléphone à la maison, tout simplement. »

« Il aurait pu l’auditionner au lieu de la mettre en garde à vue »
Il continue : « J’essaie d’appeler Me Dubout, l’avocat de Terre d’errance, pour qu’il s’occupe d’elle. Lui, il maîtrise bien la situation. En tout cas, j’ai dit à ma femme de se taire si ça commençait à chauffer. J’ai l’impression qu’ils veulent déstabiliser l’association car ils la sentent fragile. Un autre bénévole, Jérémy Nourry est aussi convoqué cet après-midi à Coquelles. » Révolté, Jean-Yves Pouille ne comprend pas que sa femme soit partie en garde à vue pour ça : « Elle est partie pour 24 ou 48 heures à Coquelles. Les autorités auraient pu l’auditionner au lieu de la mettre en garde à vue. Ce qui m’a choqué aussi, c’est que pour partir, elle a dû enlever le cordon de son pull comme si elle pensait à se suicider. La France, c’est vraiment n’importe quoi ! J’ai 57 ans, je n’ai jamais défilé de ma vie, mais le 19 mars, je crois bien que je serai dans la rue. Je me demande bien où on va. »
Charlotte ROUX
 
L’Echo de la Lys

Source

Publicités

2 commentaires sur “Norrent-Fontes : la police aux frontières intimide Terre d’errance

  1. Aider quelqu’un constituerait désormais un délit??? Le corps médical serait-il bientôt poussé comme en Italie de dénoncer les personnes en situation administrative irrégulière?!! Je suis profondément choquée.

    Tous mes encouragements à tous les bénévoles de Terre d’errance et des autres organisations humanitaires.

  2. profondément choqué moi aussi par de telles actions …. qui feront dire que l’on aura bientôt honte d’être français ! ! !
    Mes encouragements à tous ceux et celles qui luttent pour défendre l’homme contre les injustices qui l’accablent ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s