Éric Besson au travail à Londres

Éric Besson au travail à Londres

À LONDRES – jeudi 12.02.2009 – La Voix du Nord

Éric Besson (au premier plan), hier à Londres, avec son homologue anglais. Ils viendront ensemble à Calais, avant le 1er mai. PHOTO AFP

Éric Besson est au travail et veut que ça se sache. Notamment du côté britannique où il a réservé hier sa première visite à l’étranger à son homologue, Phil Woolas.

Depuis sa visite à Calais, le 27 janvier, le nouveau ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire a « déclaré la guerre aux passeurs ». En convenant que les migrants sont « des malheureux » mais en concentrant son propos sur le simple renforcement des contrôles.
Chez les Britanniques, la question de Calais est sensible, encore plus symbolique en temps de crise, comme une verrue sur le nez d’Elizabeth II. Pourtant, la réalité de l’immigration illégale vers le Royaume-Uni est plus diverse. Un expert français, basé à Londres, assure que la majorité des clandestins débarque désormais par avion, avec des faux papiers, grâce à des compagnies low cost et dans des aéroports secondaires moins regardants.

Dunkerque et Boulogne aussi
La sécurisation du tunnel sous la Manche et du port de Calais a également provoqué un phénomène de propagation de la masse migratoire, de Roscoff à la Suède, en passant par les ports de Belgique et des Pays-Bas. Douvres désormais verrouillé, le port de Newcastle, dans le nord-est de l’Angleterre, est devenu la « cible » privilégiée des migrants.

Mais pour l’opinion publique d’outre-Manche, Calais reste le point noir. Trop visible et français… Phil Woolas et Éric Besson ont donc fait de la communication politique hier au Home Office, livrant sur la question du nord de la France « une convergence d’analyses » et « un groupe de travail commun pour envisager des solutions nouvelles ». Car selon le Français, « il y a objectivement un regain du flux migratoire sur cette région et globalement sur la côte ».
Le remplaçant de Brice Hortefeux était également venu chercher un juste effort financier pour moderniser les équipements technologiques (détecteurs de chaleur, de battements de coeur) qui oeuvrent sur les sites du tunnel et du port calaisien. Si les détails budgétaires ne sont pas encore définis, il a obtenu l’accord de principe britannique. Ce qui n’est pas une mince affaire.

Éric Besson nous a enfin affirmé en aparté que les ports de Dunkerque et de Boulogne-sur-Mer bénéficieraient également de tels équipements de détection. Et qu’il reviendrait à Calais avant le 1er mai. Avec son homologue Phil Woolas, cette fois.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s