Steenvoorde : Terre d’Errance a planté une nouvelle tente, hier

Steenvoorde : Terre d’Errance a planté une nouvelle tente, hier

La Voix du Nord – mardi 10.02.2009

Hier, six jours après l’incendie qui a ravagé une tente sur le campement des migrants, l’association Terre d’Errance Steenvoorde a planté un nouvel abri. Encore autorisés à dormir à la salle paroissiale hier et ce soir, en raison de la tempête, les Érythréens retrouveront leurs tentes dès demain.

PAR OLIVIER PECQUEUX

hazebrouck@lavoixdunord.fr Hier, 14 h à Steenvoorde. Une dizaine de bénévoles s’active, sous la pluie, par une température de 5°C, pour monter une immense tente derrière le cimetière et la station d’épuration. Six jours après l’incendie d’un abri qui a fait un blessé léger, revoilà donc l’association Terre d’Errance Steenvoorde se mobilisant sur le terrain mis à la disposition par la mairie pour l’accueil des migrants.

Prudence après l’incendie
Parkas sur le dos, bottes en caoutchouc aux pieds, les bénévoles bravent le temps maussade pour rendre le site confortable. Pour peu que l’on puisse parler de confort par des températures négatives, dehors, quand la nuit tombe. « Nous avons acheté une nouvelle tente, on apportera les matelas plus tard », commente le président de Terre d’Errance Steenvoorde, Damien Defrance. L’équipement, qui a coûté 800 E, sera en partie payé par la paroisse de Steenvoorde et la communauté Emmaüs, qui a proposé son soutien financier. Une demande de subvention sera également faite auprès du Secours catholique. Mais, avant de penser au remboursement de la tente, les bénévoles, piquets et marteaux en mains, veulent s’assurer qu’elle résistera aux bourrasques.
Une tempête était annoncée pour hier et aujourd’hui, obligeant Terre d’Errance à prolonger l’accueil des Érythréens dans la salle paroissiale. « Ils retourneront dans les tentes à partir de mercredi », confirme Damien Defrance, qui ne veut prendre aucun risque. L’embrasement de l’une des trois tentes incite aujourd’hui à la prudence, l’accident démontrant que, même en voulant le bien des migrants, ceux-ci peuvent être exposés à des dangers. « On sait maintenant que cette nuit-là, par -6°C, l’un d’entre eux a voulu bouger le feu à pétrole pour le mettre dans une tente où les gens dorment, confie le président de Terre d’Errance. Nous allons fixer les feux à pétrole et faire passer le message qu’il ne faut plus les déplacer. On va aussi interdire les bougies. » Le site ne pouvant être alimenté en électricité, des lanternes avec des dynamos ont été achetées.

Les pieds au sec
Vers 15 h, une camionnette de la ville de Steenvoorde apporte des planches de bois. Elles seront posées sur la vingtaine de palettes offertes par l’association Trait d’union. Un plancher de fortune qui, au moins, permettra aux clandestins de garder les pieds au sec. C’est pour cette même raison que la municipalité a fait livrer des cailloux concassés : ils ont été étalés sur l’allée et sur l’ensemble du site. Un peu plus de deux mois après l’ouverture du campement, les conditions de vie s’améliorent. Au point même de se demander si l’accueil des migrants ne se prolongera pas au-delà de l’hiver…

Source

Publicités
par Association Terre d'Errance Posté dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s