Sur les traces de ceux qui ont réussi le « passage »

Lily Boilet sur les traces de ceux qui ont réussi le « passage » en Angleterre

La Voix du Nord – lundi 15.12.2008

Que deviennent les migrants passés par Norrent-Fontes une fois « réussi » le passage en Angleterre ? C’est pour tenter de répondre à cette question que Lily Boilet, présidente de l’association locale Terre d’errance, est depuis deux semaines en mission dans diverses villes anglaises. Entretien.

Dans quel cadre se tient cette mission ?
Lily Boilet : « Je suis mandatée par le GISTI (le Groupe d’information et de soutien des immigrés est une association nationale spécialiste du droit des étrangers qui propose des permanences juridiques gratuites, édite des publications et organise des formations, ndlr). Il a déjà organisé des missions d’observation en Italie et Turquie, qui sont des points d’entrée des migrants en Europe, et également à Calais. L’objectif est de faire un point sur ce que ces migrants deviennent une fois en Angleterre. »

Recroisez-vous des personnes que vous avez vu passer au camp de Norrent-Fontes ?
L. B. : « Oui, il s’agit d’uniquement de personnes passées à Norrent-Fontes. Nous parvenons à les « suivre » car ils nous donnent des nouvelles par téléphone une fois passés en Angleterre. Depuis deux semaines, j’en ai déjà rencontré une vingtaine. Je suis venue voir s’ils avaient trouvé ce qu’ils voulaient, comment ils se débrouillaient avec leur demande d’asile. »

Et alors, quel constat ?
L. B. : « Beaucoup ont obtenu des papiers suite à leur demande d’asile mais ils ont globalement entre 20 et 25 ans, ont encore des tas d’attente par rapport à leur objectif qui est de pouvoir vivre comme des

Européens. Ils vont donc « galérer » car le niveau de vie en Angleterre est très élevé. » Même en trouvant un emploi ? L.B. : « Tous ceux qui ont obtenu leurs papiers ont trouvé du travail car le système anglais les oriente systématiquement vers des agences de travail, une fois l’asile obtenu. Ils pourvoient la totalité des métiers que les Anglais ne veulent pas faire et qui sont sous-payés comme l’entretien. Les salaires sont de 4 livres de l’heure contre 7 normalement car les employeurs connaissent leur « statut ». »

Quelles sont leurs conditions de logement ?
L. B. : « Le système anglais est très pragmatique, ils sont donc logés dès la première nuit dans un foyer de la ville où ils ont émis leur demande d’asile. Après ça, il existe un système de logement social lié aux agences d’intérim. »

Au regard de ce que vous avez observé jusqu’à aujourd’hui, quel message comptez vous porter aux migrants croisés à Norrent-Fontes à votre retour ? L. B. : « Je leur expliquerai ce que c’est pour qu’ils cessent d’être déçus. »

DJAMEL MEZINE

Source

Vous pouvez retrouver ses articles sur sa mission en Angleterre en cliquant ici

Advertisements

Un commentaire sur “Sur les traces de ceux qui ont réussi le « passage »

  1. bonjour,
    ca met un peu de baume au coeur à la bénévole que je suis de savoir que les migrants passés en angleterre ne semblent pas avoir de « trop » mauvaises conditions de vie. En effet, combien de fois on commence à tisser des liens avec l’un ou l’autre et, du jour au lendemain, on n’a plus de nouvelles sans savoir s’ils ont réussi à passer ou s’ils ont été expulsés ou autre….C’est parfois un peu difficile à vivre.
    merci
    veronique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s