À Steenvoorde, l’accueil des réfugiés est plutôt bien perçu par les habitants

À Steenvoorde, l’accueil des réfugiés est plutôt bien perçu par les habitants

la Voix du Nord, 2 décembre 2008
Pas d’incident pour la première nuit sous les tentes. Hier matin, une demi-douzaine d’Érythréens ont passé leur première nuit à l’abri, à Steenvoorde. Depuis dimanche soir, des bénévoles les hébergent sur un terrain communal, avec l’accord du maire UMP (notre édition d’hier). Dans la ville, cet accueil d’urgence est globalement bien perçu.
par Julie Morin

Les Steenvoordois les voient sans les voir depuis plus d’un an. Impossible de connaître leur nombre, ils ne se montrent pas ou peu et ne dérangent personne. Mais certains habitants ne tolèrent plus cette politique de l’autruche, d’autant plus que l’hiver s’est installé et que les réfugiés dorment dehors. Ils ont décidé de s’organiser et de monter une association pour leur venir en aide. Terre d’Errance Steenvoorde est en train de se créer un peu dans la précipitation. Les bénévoles ont été dépassés par l’élan de solidarité des habitants.

La plupart d’entre eux soutiennent l’initiative de Terre d’Errance. « Ce sont des gens très polis et discrets. On ne les voit pas. Ça fait mal au coeur de savoir qu’il y a des femmes et des enfants, témoigne une habitante. Nous, on n’est pas riches mais eux ils n’ont plus rien, ni papier ni toit, et ils veulent atteindre un eldorado qui ne se trouve qu’à quelques kilomètres. Tout ça est triste. » La récente interpellation de vingt-huit Érythréens en situation irrégulière à Steenvoorde en fin de semaine dernière a aussi précipité les choses. Hier, ils ont d’ailleurs été relâchés, la procédure a été déclarée nulle par le tribunal de grande instance de Lille, les services de police n’ont pas respecté les délais de garde à vue…

La mairie solidaire
Du côté de la mairie de Steenvoorde. Le maire UMP, Jean-Pierre Bataille, affiche sa solidarité avec les membres de l’association. Il assure qu’il ne demandera pas l’expulsion.

Les gendarmes restent en relation avec les bénévoles. Ils ont visité le campement hier et tentent d’établir un décompte précis du nombre d’Érythreéns qui y dorment. « Pas plus de vingt personnes par nuit, c’est la règle. Si ça ne fonctionne pas, on arrête tout », déclare Damien Defrance, futur président de l’association, dont les statuts ont été déposés hier à la préfecture.

Source

Publicités
par Association Terre d'Errance Posté dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s