Un accord italo-libyen sur l’immigration

Un accord italo-libyen sur l’immigration contrepartie de l’indemnisation coloniale italienne (par Sara Prestianni, Migreurop)

Le 30 août 2008 l’Italie signe, pour l’énième fois un accord bilatéral de collaboration avec la Libye (la première version date d’août 2000). Hier, le journal italien “La Repubblica” publie le texte de cet accord qui officiellement s’appelle : “Traité d’Amitié, Partenariat et Collaboration entre la République Italienne et la Grande Giamariria Arabique Libyen Populaire et Socialiste”. Tous les accords passés avec la Libye étaient jusqu’ici restés secrets.

Il s’agit là d’un excellent exemple d’une nouvelle forme d’accords bilatéraux en matière d’immigration,: de plus en plus, ils perdent leur nom d’accord de réadmission (qui reste quand même le pilier de l’accord) en ajoutant des négociations d’accords économiques, culturels, politiques, militaires et, soi-disant, de droits de l’homme!
S’ajoute à tout ça la “récupération des dommages de l’époque coloniale italien en Libye” (v. sur le site de la LDH Toulon : “Berlusconi rentabilise le passé colonial de l’Itale”)

Si l’on regarde l’actualité de la gestion des flux migratoires dans cette région et le rôle de la “populaire et socialiste” Libye (explusions massives, enfermement à durée indéterminée, exploitations dans le marché du travail noir, viols, tortures et violences à l’égard des migrants qui transitent par ce pays, etc, voir dossier Libye Migreurop), l’importance de s’opposer à la signature de cet Accord est flagrante : derrière les mots “Amitié”, “Partenariat” et “Collaboration” cache un système qui mélange intérêts économiques, militaires et politiques mais qui dans son application menerait, notamment à travers le blocage de la frontière sud de la Libye d’où passent les refugiés erythréens, somaliens et éthopiens, à des très graves violations des droits de l’homme jusqu’à la mort des centaines des migrants (dans le voyage, dans les camps libyen et dans les refoulements au milieu du désert).

Il n’est pas certain que de tels accords soient conformes au droit communautaire ou à la Convention européenne des droits de l’homme.

A l’art 19, dans la lutte contre l’immigration irrégulière, il est évoqué le contrôle de la frontière sud et de la côte nord de la Libye et donc de procédures de refoulement qui vont clairement contre l’art 13 de la DUDH (liberté de circulation: droit à quitter son propre pays).
L’article sur le Respect des Droits de l’homme est problématique si on pense aux violations perpétrés vis à vis des migrants dans ce pays (voir aussi sur le droit d’asile ici ….).

Autres éléments intéressants du Traité:

– collaboration en matière militaire (tendance à la gestion militaire du contrôle des frontières);
– externalisation du système de contrôle des frontières à entreprises privées italiennes, financées par Italie et l’UE;
– L’Italie finance des projets pour un totale de 5 millions de dollars en Libye mais tous les oeuvres doivent être mis en place par des enterprises italiennes qui auront une totale exemption des taxes: une façon de développer l’économie italienne en Libye sur le dos des migrants !!!

Ici vous trouverez une pétition contre le financement de camps de détention de migrants et refugiés en Libye.
SIGNEZ LA PÉTITION EN LIGNE, CONTRE LES CAMPS DE DETENTION EN LIBYE

 

Source

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s