Calais : Une tasse de café et une part de gâteau pour parler contraception aux réfugiées

La Voix du Nord / Calais – samedi 04.10.2008

SENSIBILISATION
Le temps d’un après-midi, les bénévoles des associations humanitaires ont convié les migrantes au local du Secours catholique, route de Saint-Omer, afin de les sensibiliser à la contraception.

Elles sont une vingtaine, peut-être une trentaine, attablées autour d’un thé, un café ou un chocolat chaud. Ces jeunes femmes, Érythréennes, Nigérianes, âgées pour la plupart entre 20 et 25 ans, pourraient être comme toutes les autres jeunes filles de la Terre, à ceci près qu’elles ont tout quitté, famille, pays, pour rejoindre la Terre promise, l’Eldorado anglais. Elles pourraient être comme toutes les autres jeunes filles de la Terre, à ceci près qu’elles vivent dehors à longueur de journée, qu’elles dorment dans des squats en centre-ville ou dans la jungle, zone des Dunes.

Pour s’échapper un peu de leur triste quotidien, elles se sont retrouvées sans leurs maris avec des femmes bénévoles, le temps d’un après-midi, pour parler de leur intimité. À l’origine de cette initiative, c’est d’abord un constat. « On a constaté une augmentation des avortements chez les réfugiées. La plupart n’ont pas accès à des moyens de contraception, certaines ne savent même pas ce que ce mot veut dire », confie Céline Dallery, infirmière à la permanence d’accès aux soins de santé (PASS), avenue Coubertin. « Aujourd’hui, c’est la fête avant tout. Et ce moment de convivialité est un bon prétexte pour parler de contraception, pour les sensibiliser », se réjouit Myriam Rachih, animatrice.

Arrivées en tout début d’après-midi, les réfugiées ont quitté le local du Secours catholique quelques heures plus tard. Au grand soulagement des riverains de l’association Bien-être au Virval qui redoutaient que les migrantes ne se fixent définitivement, route de Saint-Omer.
« On ne veut pas que ce local devienne un Sangatte bis. Le quartier est calme et on aimerait qu’il le reste », soutient Sandrine Carton, la présidente. L’an dernier, une pétition avait circulé contre l’installation d’un centre d’accueil au Virval. Elle avait recueilli plus de 1 000 signatures.
Par crainte que les migrantes ne s’installent au Secours catholique, l’association Bien-être au Virval a prévenu la police.

A. DEL.

Publicités
par Association Terre d'Errance Posté dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s