Bruxelles : Après 52 jours de grève de la faim…

L’occupation de l’ULB où 75 sans-papiers mènent une grève de la faim depuis 52 jours est un mouroir, estime Jean-Marie Piersotte, ancien permanent national de la CNE, qui a conduit ce mardi matin une femme de 53 ans vomissant du sang à l’hôpital. « L’état de santé des grévistes se dégrade, ils ont sombré dans un pré-coma », a-t-il dit lors d’un point presse.

Les médecins se disent également inquiets quant à l’état de santé des grévistes, qui s’est sérieusement dégradé en une semaine. A l’intérieur du bâtiment de l’ULB occupé depuis le 7 avril, les matelas sont serrés les uns contre les autres dans différentes pièces sur plusieurs étages. Les grévistes de la faim sont alités et n’ont plus la force de parler. « Pourquoi la ministre Turtelboom nous fait ça? », peine à déclarer l’un des grévistes, en pleurs. « Je ne sais ce que la ministre Turtelboom racontera à ses enfants quand ils lui demanderont des comptes. Car des comptes, elle devra en rendre pour non-assistance en personne en danger », a réagi Jean-Marie Piersotte. « C’est non seulement indigne de provoquer des grèves de la faim et de mettre la vie des gens en danger mais encore plus de ne pas donner de réponses à ces actes. La ministre Turtelboom pratique l’amalgame en jugeant d’une même manière les personnes qui organiseraient les grèves de la faim et les auteurs de traite des êtres humains. Les grèves de la faim sont des actions spontanées que nous ne défendons pas. Mais nous accompagnons les grévistes pour éviter des accidents », a déclaré de son côté Riet Dhondt, responsable du Parti du Travail de Belgique pour le Brabant (PTB). Le porte-parole des grévistes de l’ULB, Fawzi, qui avait lui-même entamé une grève de la faim de douze jours, a demandé lundi aux autres grévistes de mettre un terme à leur action. « Je leur ai dit que les papiers n’étaient pas une fin en soi. Mais ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient plus reculer. Certains ont déjà des séquelles irréversibles. Ils se battent surtout pour leur dignité. J’avais commencé moi-même la grève de la faim pour mes enfants, pour qu’ils ne subissent pas ce que j’ai connu et qu’ils ne soient plus exploités au travail », a-t-il expliqué. Ce sans-papier a renoncé à poursuivre la grève de la faim pour devenir le porte-parole du groupe. (Belga)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s